Qu’est-ce qu’une tendance ?

« Une mode a à peine détruit une autre mode, qu’elle est abolie par une plus nouvelle, qui cède elle-même à celle qui suit et qui ne sera pas la dernière »

La Bruyère


J’ai récemment découvert un ouvrage passionnant paru aux éditions du Chêne, intitulé « Comprendre les tendances« .
Ce livre écrit par Dominique Cuvillier, brosse en quelques temps forts la chronologie des tendances à travers l’analyse historique des phénomènes de mode et l’apparition post Seconde Guerre Mondiale des bureaux de style.

En somme, l’auteur nous rappelle que les tendances ont régné dans de nombreuses sociétés pyramidales, où les puissants dictaient « l’air du temps »à l’image des Romains, des Celtes ou de la cour de Louis XIV. Ainsi, le style romain ou grec se caractérisait par un drapé assez flou, quand celui des Celtes était au contraire bien taillé et près du corps. De même, on apprend que Louis XIV a imposé en son temps la mode des chaussures à talons rouges (sa couleur préférée) et de la perruque dite in-folio (en deux parties bombées, séparée par une raie profonde), qui s’est très vite répandu dans tout le royaume et qui s’est avéré être une façon très habile pour ce roi court sur patte de se donner de la hauteur.

Pourtant, si les tendances ont toujours existé, ce  n’est qu’à partir du XVIIIème qu’elles s’exportent et quittent le strict cadre des notables. Les premiers journaux de mode apparaissent et les spectacles avec le théâtre et l’opéra deviennent de vrais faiseurs de tendances à l’image des costumes du Mariage de Figaro, satyre sociale que Louis XVI honnissait en son temps. Dès la fin du XIXème, la mode se mécanise et ce sont les couturiers comme Charles Frederick Woerth pionnier en la matière, qui font la mode et imposent le ton, mettant ainsi au placard les diktats esthétiques des aristocrates.

Dès la fin des années 50, une toute nouvelle génération de personnalités (Fred Carlin, Nelly Rodi) commencent à penser la mode différemment en se basant sur leur intuition et leur capacité à décrypter les mouvements sociaux à travers la scène artistique et culturelle mais aussi le rôle de la jeunesse. C’est le début des bureaux de style (ou cabinets de tendances). Parallèlement, Maimé Arnodin, directrice du « jardin des modes » invente le nom d’un métier qui n’existe pas, celui de styliste. Ce qui passa inaperçu en 1956 annonce pourtant l’émergence d’une révolution esthétique sans précédent.

C’est en 1961 que le premier cahier de tendances apparaît, outil devenu aujourd’hui indispensable pour les industries du textile, du design, de la beauté etc. mais aussi pour tous les acteurs qui satellitent autour de ces univers.

Et Nelly Rodi la première rappelle avec réalisme qu’aujourd’hui « la mode n’est plus seulement affaire de création et d’intuition, mais aussi une affaire de marketing et de réflexion ».


Comparable aux cycles économiques de Kondratieff ou Juglar, les tendances (bien que plus courtes) se décomposent généralement en trois rythmes :

– tendances à court terme ou de surface: versatiles, elles s’évanouissent généralement au bout de 6 à 8 mois (exemple : une couleur)

– tendances à moyen terme, dite d’écume : plus prononcées, elles peuvent s’étirer jusqu’à 2 ou 3 ans

– tendances à long terme, dite de profondeur : elles bénéficient de la meilleure espérance de vie allant de 5 à 10 ans voir plus.

A ces tendances s’ajoutent également ce que les leaders du textile (Zara, H&M, Mango etc.) ont baptisé les tendances « flash », orchestrées par des collections qui restent trois semaines en magasin et qui visent par leur caractère éphémère à stimuler l’achat impulsif.

Publicités

À propos de Pauline Weber

Tribulations intimes au coeur de mes passions : l'art, la mode, la beauté, la littérature, la gastronomie et les voyages. Au gré de mon inspiration et des influences de la sphère créative, je vous livre ici mon agenda esthétique et culturel. « La peinture c’est comme une fenêtre à travers laquelle on pourrait s’envoler vers un autre monde » Chagall

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :