Le « Stijl » de Piet Mondrian

Le Centre Pompidou célèbre l’artiste phare du « néoplasticisme » jusqu’au 21 mars 2011

Cette exposition de taille, une première de cette envergure en France, est consacrée à l’artiste et au mouvement néerlandais « De Stijl » dans sa globalité.

L’exposition est organisée en trois temps : elle porte sur la naissance du mouvement De Stijl, son développement et ses influences en tant qu’art pluri-displinaire avec un focus au centre du parcours sur l’œuvre de Mondrian entre 1912 et 1938, principalement produite à Paris.

Mouvement artistique clé dans la naissance du modernisme européen, « De Stijl » (le Style) a été principalement théorisé par Theo Van Doesburg et Piet Mondrian, pour désigner une nouvelle vision de l’art dénuée de toute référence matérielle, et qui tend vers l’abstraction par une géométrisation poussée.

En 1917, Théo van Doesburg, peintre, architecte, critique d’art, crée la revue « De Stijl » dans une Hollande neutre de conflit mondial. Mondrian affirme à ce propos que «  cette revue a pour objet de contribuer au développement d’une nouvelle conscience de la beauté ». On découvre ainsi que ce mouvement très avant-gardiste tire ses origines du symbolisme et de la théosophie. Avec son étude pour « L’Enfant mécanique » (1918), Theo Van Doesburg ouvre ainsi la voie vers une radicalisation de l’abstraction où la figure tend à disparaître au moyen d’une géométrisation de la peinture. Bart Van Der Leck aura également une influence majeure dans la découverte de l’abstraction constructive avec son œuvre la Tempête (1916) qui manie les couleurs primaires avec brio. Les vitraux de Théo Van Doesburg sont également emblématiques.

C’est le cubisme qui permet à Mondrian de trouver sa voie en 1911. Selon lui, la peinture doit être un moyen d’organisation de l’espace où « il ne faut pas s’adapter, [mais où] il faut créer ». S’affranchir du passé devient une volonté forte dans son cheminenement personnel. « Je construis des lignes et des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes afin d’exprimer avec la plus grande conscience la  beauté générale. » Et c’est bien une obsession chez Mondrian que cette conscience de la beauté, qu’il entend atteindre par le néoplasticisme : les couleurs primaires (rouge, bleu, jaune) s’opposent aux « non-couleurs » (blanc, noir, gris) tandis que  des lignes exclusivement horizontales et verticales se croisent. Il n’y a ni courbes, ni obliques. Planéité et orthogonalité sont également ses maîtres-mots. Une nouvelle esthétique est née !

L’atelier de Mondrian du 26 rue du Départ à Montparnasse est reproduit au centre de l’exposition grâce aux photographies d’époque (un grand coup de cœur pour les clichés de André Kertesz). C’est ici que Mondrian applique véritablement les principes du néoplasticisme en dehors de la toile, chose qu’il fera très peu. Par ailleurs, il est intéressant de noter des différences dans le traitement de la couleur qui est plus ou moins nuancée en fonction des compositions. Parfois, le pan chromatique s’affranchit du blanc et s’impose sur de vastes espaces.  Les lignes noires se dédoublent jusqu’à disparaître à l’inverse, comme dans son fabuleux New York City (1942) cf. diaporama.

La dernière partie de l’exposition revient sur le mouvement De Stijl en tant qu’art pluridisciplinaire, présent dans l’architecture et le design. On redécouvre ainsi le travail méticuleux de Bart Van der Leck, essentiel dans la compréhension de l’abstraction. On notera également  la présence du célébre fauteuil de Gerrit Rietvel ainsi qu’une maquette de  la « maison Schroder », mise en application direct du néoplasticisme. Un bond en avant futuriste et visionnaire !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

À propos de Pauline Weber

Tribulations intimes au coeur de mes passions : l'art, la mode, la beauté, la littérature, la gastronomie et les voyages. Au gré de mon inspiration et des influences de la sphère créative, je vous livre ici mon agenda esthétique et culturel. « La peinture c’est comme une fenêtre à travers laquelle on pourrait s’envoler vers un autre monde » Chagall

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :