Emmanuel Carrère, anatomie du ressenti

Il y a je crois, des moments plus propices à la lecture et à l’écriture.
L’été fait pour ma part, résolument partie de cette période.

La douceur de l’air et la liberté du temps vacant sont une invitation toujours plus grande à la réflexion et aux émotions.

Vous l’aurez compris, ici je ne parlerai ni de mode, ni d’art mais de littérature.

Je suis quelqu’un qui lit très lentement, dont l’attention peut parfois très vite se dissiper mais lorsque je tombe en émoi pour une oeuvre, elle me marque durablement.

J’ai en effet, été poursuivi depuis deux mois par un auteur : Emmanuel Carrère.

Emmanuel Carrère

Primé du Renaudot pour Limonov, il est le fils de l’historienne et académicienne Hélène Carrère d’Encausse et se caractérise par un bibliographie riche et multiple.

Personnellement, ce sont ses oeuvres les plus intimes qui m’ont les plus frappée : Un roman russe et D’autres vies que la mienne.

Un roman russe relate deux histoires parrallèles, un tournage en Russie où l’auteur à la recherche de ses origines va découvrir la vie d’une petite ville perdue Kotelnitch, et son amour passionnel avec Sophie, une jeune femme d’un autre milieu social que le sien.

Un roman russe

En toute honnetété, c’est par le biais de cette nouvelle érotique, écrite pour le Monde en 2002 et baptisé L’usage du « Monde » – en référance non seulement à Nicolas Bouvier mais aussi à l’emploi qu’il fait de cette commande pour le supplément été du journal – que j’ai découvert Un roman russe.

Foncièrement amusée par les lubies parfois un peu ridicules de l’auteur qui dans un scénario rocambolesque, déclare son désir ardent à sa compagne dans une tourmente quasi-paranoiaque sur fond de trajet en train, j’ai cherché à savoir si les choses s’étaient passées comme prévu. L’histoire m’avait intriguée et j’ai voulu approndir le sujet à la lecture de ce roman russe où l’auteur revient sur les faits.

Véritable livre patchwork, il rassemble sept années de vie, des tranches d’existences qui nous font découvrir l’auteur dans ces angoisses et retranchements les plus profonds. On y parle de secrets familiaux, de pauvreté, de paradoxes, de statuts sociaux, de frustration et d’inachevé. C’est triste, parfois assez auto-centré mais aussi très lucide, résolument beau.

En parlant de lui-même, Emmanuel Carrère parle en filigrane des autres et le fait avec brio.

Cette habilité, l’auteur la confirme dans D’autres vies que la mienne.

dautres-vies-que-la-mienne

La force de ce récit m’a tant portée que je n’ai pas laché le livre d’une semelle.
Ici, Emmanuel Carrère se fait le témoin d’histoires terribles : des parents perdent leur petite fille dans le tsunami en Thaïlande et sa belle-soeur est emportée par le cancer. Comme il le dit si justement, il vit de loin ces évènements tragiques, reconnaissant parfois sa position délicate, un brin égoiste. Il se sent abandonné et est empreint de culpabilité. On lui suggère par sa posture d’écrivain de retranscrire les faits et finalement, c’est cette entreprise qui lui permettra de grandir et de trouver sa place dans ces moments difficiles.

Emmanuel Carrère explore avec sincérité les travers de la psychologie humaine. Et c’est cette dimension émotive, pleinement ressentie et à la limite de la littérature performative, que j’ai beaucoup apprécié. Bravo !

Publicités

À propos de Pauline Weber

Tribulations intimes au coeur de mes passions : l'art, la mode, la beauté, la littérature, la gastronomie et les voyages. Au gré de mon inspiration et des influences de la sphère créative, je vous livre ici mon agenda esthétique et culturel. « La peinture c’est comme une fenêtre à travers laquelle on pourrait s’envoler vers un autre monde » Chagall

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :