Surface to Air : au delà de la mode

Article illustré d’une série mode et art réalisée par Jean Picon pour Surface to Air (collection Automne-Hiver 2014)

A mi chemin entre les différents champs de la création contemporaine, Surface to Air voit le jour à l’aube des années 2000 à Paris avec à sa tête, Jeremie Rozan, Aldric Speer et Santiago Marotto. Au départ studio de création pour des labels de musique, l’aventure mode commence en 2004 avec une première collection homme. Complétée en 2007 par la femme, les pièces se démarquent par « un mélange d’allure parisienne et de sportswear américain contemporain » qui font de Surface to Air un véritable life-style.

Photo : Jean Picon - Palais de Tokyo - "Flamme Eternelle" par Thomas Hirschhorn

Photo : Jean Picon – Palais de Tokyo – « Flamme Eternelle » par Thomas Hirschhorn

Sous l’impulsion de Aldric Speer, directeur de la création, la marque ainsi baptisée en référence aux missiles anti-aérien s’inscrit rapidement dans une succession de collaborations à la croisée de la musique, de l’art et du cinéma. C’est ainsi que Justice entre dans l’histoire créative de Surface to Air quand Jeremie Rozan réalise en 2006 le clip vidéo de « We are your friends ». De cette rencontre née l’envie de collaborer à nouveau et le duo de musique électronique est invité en 2008 à imaginer deux vestes en cuir signature. Devenues des intemporelles pour la marque, le succès est immédiatement au rendez-vous.

Photo : Jean Picon - Monsieur Bleu

Photo : Jean Picon – Monsieur Bleu

La tradition est ensuite perpétuée par des personnalités remarquables à l’image de Kid Cudi, rappeur et star de HBO, Theophilus London jeune rappeur new-yorkais, Kim Gordon musicienne du groupe Sonic Youth, Alisson Mosshart chanteuse du groupe The Kills, Leigh Lezark, mannequin et DJ new-yorkaise ou encore Aaron Young, artiste américain. Tous contribuent à construire avec brio l’identité transversale de S2A en rassemblant les inspirations.

Photo : Jean Picon - Palais de Tokyo

Photo : Jean Picon – Palais de Tokyo

Dans cette lignée, Surface to Air a dévoilé avec fin juin sa toute dernière collaboration avec AIMKO lors d’un événement au flagship store de la rue Vieille du Temple : une collection capsule de quatre tee-shirts au design exclusif, orchestrée par le collectif Fuzlab.

Photo : Jean Picon

Photo : Jean Picon

Composé de Fabrizio Moretti, le batteur des Strokes et de Renald Luzier, dessinateur satirique pour le Charlie Hebdo, ce duo de dessinateurs a réalisé à quatre mains une frise géante à l’encre de Chine et au posca sur un rouleau d’imprimeur de 80m de long. Commencée en 2012 dans l’antre de la Galerie Perrotin et fruit de longs mois de travail, l’œuvre entend réinterpréter le mythe grec Thésée et le Minotaure.

Photo : Jean Picon

Photo : Jean Picon

Elle sera visible à la rentrée prochaine et dans son intégralité dans un lieu incontournable de la scène artistique contemporaine parisienne… Alors, afin de nous tenir en haleine, les deux artistes se sont pris au jeu d’une performance en répliquant en temps réel une partie de la frise sur le mur de la boutique iconique du Marais. De quoi contenter toutes les sensibilités !

Photo : Jean Picon Courtesy Galerie Perrotin

Photo : Jean Picon
Courtesy Galerie Perrotin

Compte tenu de cette identité protéiforme propre à Surface to Air, nous avons choisi de réaliser le shooting photo au sein du Palais de Tokyo et de la Galerie Perrotin afin de célébrer la rencontre de l’art et de la mode. Ce dernier met principalement en scène des pièces de la prochaine collection Automne Hiver 2014 dont les inspirations tirent leurs racines dans l’attitude et la féminité des femmes samouraïs. À la manière d’une armure, le corps est sublimé, sculpté grâce à des imprimés audacieux et des coupes pointues.

Photo : Jean Picon - Courtesy Galerie Perrotin - "Steel Eroded Compact Disc Sign" by Daniel Arsham

Photo : Jean Picon – View of / vue de l’exposition de Daniel Arsham « The Future is Always Now » – « Steel Eroded Compact Disc Sign » – Courtesy Galerie Perrotin

Et quoi de mieux pour célébrer la rencontre de la mode, l’art et la musique que les oeuvres de Dianel Arsham en toile de fond ? L’artiste new-yorkais est exposé à la Galerie Perrotin jusqu’au 26 juillet et dévoile ses dernières réalisations autour de l’univers musical. Suspendues dans un espace temps qu’on ne saurait identifier, des sculptures érodées comme des fossiles représentant guitares, platines, microphones, radio-cassettes troublent notre perception par leur étrange physionomie.

Publicités

À propos de Pauline Weber

Tribulations intimes au coeur de mes passions : l'art, la mode, la beauté, la littérature, la gastronomie et les voyages. Au gré de mon inspiration et des influences de la sphère créative, je vous livre ici mon agenda esthétique et culturel. « La peinture c’est comme une fenêtre à travers laquelle on pourrait s’envoler vers un autre monde » Chagall

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :