Je suis une Fille Tout Schuss

Cette année, la neige s’est faite désirer plus que de raison. On a eu beau l’attendre au pied du sapin, elle n’a montré son éclatante blancheur qu’à l’aube de 2016. Quelle déception !

Heureusement, Paulette a pensé à tout et nous en met plein la vue en matière de plaisirs hivernaux. C’est sur, la fois prochaine, on ne nous y reprendra plus sur les pistes ;)

Pour ce numéro 25, je vous invite dans l’univers de Samuel Eckert, artiste-illustrateur de talent. Attention, ce jeune trublion a plus d’un tour dans son sac !

Belle lecture les Paulette !

 

Paulette_N25d_41 Paulette_N25d_42

 

Je suis une Fille Salopette

Paulette Numéro 23

C’est la rentrée !

Alors pas de question de se décourager ou de faire la tête (la fête ?!)

Dans ce  nouveau numéro, on vous montre à quel point Paulette est une fille qui ne recule devant rien. Loin de se décourager à la moindre difficulté, planter un clou ne lui fait pas peur car oui elle sait se débrouiller seule !

« Je n’ai besoin de personne en Harley Davidson »

Pour ce numéro très seventies, Paulette est un brin garçonne mais fidèle à ses convictions féministes féminines.

Pour ma part, je vous emmène en Vendée à la rencontre de l’Atelier Bingo, un tandem de choc qui créé du bout de leurs ciseaux magiques.

Atelier Bingo La fabrique des images
Atelier Bingo
La fabrique des images
Atelier Bingo ou l'art du papier découpé
Atelier Bingo ou l’art du papier découpé

Belle lecture !

Une belle rentrée culturelle

L’été s’est achevé, la mélancolie automnale commence à poindre. Pour éviter le contre-coup de la rentrée, rien de tel qu’un programme culturel riche et varié.

Petite sélection :

– L’impressionnisme et la Mode, Musée d’Orsay, jusqu’au 20 janvier 2013


« Il faut bien comprendre que dans le mot « mode », on perçoit en filigrane le sens du « modernisme ».
 C’est une exposition riche et multi-supports que Robert Carsen, scénographe de l’événement, nous livre. Comme l’a écrit Baudelaire, chaque art était moderne à son époque et c’est à l’aune de l’impressionnisme que la mode est ici observée. Si certains impressionnistes n’étaient pas particulièrement intéressés par la mode, il n’en demeure pas moins les témoins prévilégiés des évolutions vestimentaires et des attitudes de leur temps. Une exposition qui rappelle à quel point l’art et la mode sont historiquement liés.

Raphaël, les dernières années, Musée du Louvre, jusqu’au 14 janvier 2013

Organisée en partenariat avec le Musée du Prado détenteur avec le Louvre de la plus belle collection d’oeuvres de Raphaël, cette exposition entend montrer l’achèvement stylistique de l’artiste romain  sous le spectre des sept dernières années de sa vie. A l’ombre de ses maîtres comme le Pérugin et Michel-Ange, Raphaël compose avec un atelier d’une cinquantaine de personnes. Tableaux, portraits et dessins sont réunis afin de mettre en exergue la grâce et la douceur de ses réalisations ultimes.

Edward Hopper, Grand Palais, jusqu’au 28 janvier 2013

Artiste iconoclaste, Hopper dresse un portrait saisissant de l’Amérique de son époque. Entre modernité et réalisme, ses oeuvres inspirent une foule de sentiments à l’image de la solitude ou de la mélancolie. Toujours traité avec une certaine douceur dans le geste, ses peintures confrontent des personnages qui ne se regardent pas, qui semblent n’être que l’ombre d’eux-mêmes. Une première grande rétrospective parisienne consacrée à l’artiste américain.

Chloé Attitudes, Palais de Tokyo, jusqu’au 18 novembre 2012

A l’occasion des 60 ans de la maison française, la femme Chloé s’expose au Palais de Tokyo. Au programme : 70 pièces sélectionnées au sein des archives (de Gérard Pipart à Clare Waight Keller en passant par Phoebe Philo ou Stella Mc Carney pour ne citer qu’eux, tant les changements successifs de directeurs artistiques font partie de l’histoire de la marque), croquis de Karl Lagarfeld datant de 1972 ou encore photographies de Helmut Newton, Guy Bourdin, Jean Loup Sieff. Chloé Attitude inaugure un cycle d’expositions intitulé « Fashion Program » mis en place au Palais de Tokyo afin de mettre en lumière les temps forts de la création en matière de mode. Une belle initiative de Jean de Loisy et une occasion de redécouvrir la naissance du prêt-porter de luxe sous la vision novatrice de sa fondatrice : Gaby Aghion.

Les frères Campana -Barrocco, Rococò, les Arts décoratifs, jusqu’au 24 février 2013

Ambassadeurs incontestés du nouveau design brésilien, Fernando et Humberto Campana ont révolutionné l’art du design par leurs réalisations insolites et écologistes qui détournent les objets afin de leur donner une seconde vie, un nouvel usage à la fois ornemental et fonctionnel. Des créations exhubérantes et colorées qui dévoilent en filigrane l’âme riche et sensuelle de la culture brésilienne.

Et surtout n’oubliez pas la FIAC qui se tiendra sous la verrière du Grand Palais (as usual) du 18 au 21 octobre 2012. 218 galeries au rendez-vous et de nombreux événements hors les murs. Pour plus d’infos.

Le LabStore, générateur d’expériences culinaires

Niché à deux pas de la cour d’honneur du Palais Royal et des colonnes de Buren, le LabStore est un lieu différent, encore peu connu des Parisiens. Ce concept original me permet aujourd’hui de vous parler cuisine et gastronomie, un thème cher à mes yeux, que j’ai tendance à délaisser, faute de temps.

Le LabStore a ouvert ses portes mi-septembre à Paris et se divise en deux sections : la boutique à l’entrée et le bar à dégustation au sous-sol, baptisé FoodLab. Incubateur de curiosités, cet espace propice à la relaxation et à la méditation, propose des créations culinaires innovantes et étonnantes, placées sous le signe de l’art, du design et de la science.

Ces créations sont proposées par le biais des « expériences » : déjeuner, dessert, café, cocktail.

Les expériences déjeuner, dessert et cocktail offrent la possibilité de tester la « bouteille consommable », concept conçu par le designer François Azambourg, le scientifique David Edwards et le chef Thierry Marx. L’idée c’est que contenu et contenant sont comestibles. On boit dans une bouteille tout en la mangeant.

Je vous laisse découvrir en images :

– Ici l’entrée de l’expérience déjeuner : un velouté de potiron emprisonné dans une membrane aux pousses d’épinards avec une écrasée de châtaignes.

– Ici l’expérience dessert accompagnée d’une coupe de champagne : une membrane à l’amande contenant un coulis de poires avec de la glace maison et des spéculos émiettés.

Pour le dessert, il est possible de percer la « bouteille » et de boire son contenu, qui à la différence de la soupe, est frais. L’expérience prend ainsi tout son sens et permet d’appréhender de plus près le concept.

Par ailleurs, l’expérience café vous fera découvrir Aladdin, un curieux objet de design qui n’est pas sans rappeler la lampe magique du génie. A chaque frottement, on inhale des arômes de chocolat qui se déclinent en huit saveurs à deviner : coco, gingembre, noisette, cannelle, cerise, orange, mandarine et citron. Bref, un rendez-vous pour les papilles et de la gourmandise sans les calories !

Pour continuer l’expérience, direction la boutique avec le Whif au chocolat ou au thé vert et  l’Aéroshot, un concentré de pure énergie au citron.

À voir également, l’expérience cocktail avec dégustation de champagne sur le principe de la bouteille consommable et découverte du Whaf. Basé sur la cuisine aérienne, le Whaf transforme n’importe quel liquide en un nuage de saveurs que l’on aspire avec une paille. Un concept révolutionnaire, bientôt en vente au grand public.

Le FoodLab, une invitation au voyage et aux plaisirs sensoriels, une bulle de calme coupé du monde, qui nous fait oublier, le temps d’une expérience, la torpeur parisienne.

Toutes les expériences sont à 10€. Expérience cocktail à 15€ (nocturne le vendredi soir, sur réservation la veille)

The LabStore

4 rue du Bouloi

Paris 1er 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :